img es   img en   img fr   img de   

Les travailleurs indépendants cotisent presque deux fois plus pour leu...

 Autónomos

Les travailleurs indépendants cotisent presque deux fois plus pour leurs employés que pour eux-mêmes.


La dernière enquête de l'INE (Institut national de la statistique) sur le coût de la main-d'œuvre donne des chiffres alarmants pour les indépendants. Selon l'étude, un travailleur indépendant peut verser à la sécurité sociale un montant de 523,13 euros par mois et par travailleur salarié. En d'autres termes, 54,16 % de plus que ce qu'ils paient eux-mêmes.

La même approche a été adoptée par l'Association des travailleurs indépendants (ATA) dans une étude réalisée pour la Fondation MAPFRE. Le rapport "El trabajador autónomo ante la previsión social" souligne que plus de 80% des travailleurs indépendants ayant des salariés à leur charge ont des coûts de cotisation plus élevés pour leurs salariés que pour eux.

L'un des mythes qui, pendant des années, ont fait croire aux travailleurs indépendants qu'ils contribuaient "peu". Le président de l'ATA, Lorenzo Amor, souligne dans un article publié sur le site web de l'association, que tant les cotisations des travailleurs indépendants que celles de ses travailleurs "sortent de la même poche".

Un exemple pour illustrer la portée de cette approche est le suivant : un travailleur indépendant qui cotise sur une base minimale (283,20 euros), et qui a un salarié avec un salaire brut de 1 200 euros par mois, paiera 370,8 euros à la Sécurité sociale pour les imprévus communs et la sécurité sociale. En d'autres termes, 87,6 euros de plus que son quota d'indépendants.

Conséquences

La situation, loin de stimuler le secteur des PME (petites et moyennes entreprises) et son accélération, place les indépendants dans une situation critique. Cela conduit à une crise de la création d'emplois et à une hausse des salaires.

Selon une étude, les coûts de main-d'œuvre ont augmenté de 9 % au cours de la dernière décennie. Cela renforce les données fournies par l'Institut d'études économiques (IEE), où l'Espagne se classe 11e parmi les pays de l'Union européenne qui ont des coûts de main-d'œuvre plus élevés (sans compter les salaires). En moyenne, 35% de dépenses non salariales en plus que dans les autres pays de l'Union européenne

**empresas**